Pourquoi chaque fête a son photobooth (photomaton 2.0) ?

Des entrepreneurs avisés tirent leur épingle du jeu et font revivre cette machine à nostalgie centenaire.

Aucun événement ou fête moderne n’est complet sans quelques éléments : un bar, de la bonne nourriture, des gens sympathiques et un photomaton. La saison des fêtes de fin d’année est là, ce qui signifie que les parcs de cabines photo sont plus occupés que jamais. Pour les professionnels du secteur, cette période de l’année n’est comparable qu’à la saison des mariages. Ces dernières années, les cabines photo sont devenues un élément incontournable des événements professionnels et personnels. Le slogan “Des photos ou rien” est en train de devenir “Photomaton ou pas de fête” (photobooth).

Les cabines photo ne sont pas nouvelles : en un siècle environ, elles ont évolué du Photomaton, qui imprimait huit photos pour 25 cents en 1925, à l’emblématique machine à quatre bandes photographiques, en passant par les cabines fabriquées en usine qui sont devenues des accessoires secondaires dans les centres commerciaux, les bars et les cinémas. Mais ces dernières années, des entrepreneurs ont dépoussiéré ces machines à souvenirs amusantes et magiques et les ont transformées en un élément clé de la scène événementielle.

Il est difficile de dire quelle est l’ampleur exacte de ce secteur, mais Sam Eitzen, copropriétaire d’une entreprise de cabines photo basée à Seattle, estime qu’il représente aujourd’hui au moins 100 millions de dollars. Kristin Banta, organisatrice d’événements à Los Angeles, m’a dit par e-mail que si les cabines photo sont populaires depuis 15 ans, au cours des cinq dernières années, elles sont passées d’une demande sur cinq à “presque 100 %” des événements. Bob Lindquist, directeur de la presse et de la communication de Photo Booth Expo, m’a dit qu’il voyait maintenant de nombreuses personnes réserver des cabines photo mais pas de DJ pour leurs mariages. Je fais d’ailleurs partie de ces personnes, qui ont renoncé à un DJ au profit d’un ordinateur portable, d’un système de haut-parleurs et de djay Pro 2, mais j’ai loué un photomaton. On assiste également à une augmentation du nombre de prestataires de fêtes tout-en-un, des entreprises qui proposent à la fois un DJ et un opérateur de photomaton.

Entre 2005 et 2010, la recherche sur le web de “location de cabines photo” a dépassé celle des DJ ; les données de Google Trends dressent un tableau similaire.

Les entreprises de photomaton ne prennent pas leur homonyme au pied de la lettre, mais aiment tout de même tirer parti de ce poids en termes de référencement. La plupart d’entre elles remplacent la cabine par un appareil photo sur pied ou un iPad équipé d’une application de photographie spécialisée et d’une toile de fond, d’un mur design ou même d’un décor complet. Le “photomaton” moderne est connu sous le nom d’”expérience photo” ou d’”engagement photo” dans le secteur. Certaines expériences offrent des photos imprimées, d’autres envoient aux utilisateurs des copies numériques (beaucoup font les deux). (Beaucoup font les deux.) Certaines entreprises envoient des assistants aux événements, d’autres n’offrent que des fonctions destinées aux utilisateurs.

Le marché des cabines photo s’est développé grâce à des entrepreneurs vigilants ayant une expérience de la photographie, mais il s’est rapidement professionnalisé, explique M. Eitzen. Avec son frère, il a créé le SnapBar en tant qu’entreprise parallèle, basée à Seattle et présente à Portland, San Francisco et Los Angeles. Bien qu’ils travaillent désormais avec un fabricant, ils ont fabriqué leur première cabine photo en bois dans leur garage il y a environ cinq ans. “Nous étions des guerriers du dimanche, nous nous faisions un peu d’argent de poche”, raconte Eitzen, qui travaillait à l’époque dans une start-up spécialisée dans les appareils photo. Les affaires ont été bien meilleures que ce que les frères avaient prévu, si bien qu’ils ont fait du SnapBar leur emploi à plein temps il y a quelques années. L’entreprise, qui compte actuellement plus de 30 employés et un réseau de sous-traitants, continue de se développer, selon M. Eitzen.

Les professionnels du secteur réfléchissent sur le sujet pendant la conférence annuelle sur les cabines photo lors du “Photo Booth Expo” (Las Vegas).

Dans le monde des cabines photo, le SnapBar se situe dans le haut de gamme. Ses forfaits, comprenant le personnel et l’impression, commencent à 1 099 dollars, et les autres prix dépendent de la personnalisation du client. Les options moins chères sur le marché coûtent généralement entre 300 et 500 dollars, et Groupon regorge de locations à prix réduit, mais la plupart du temps, vous en avez pour votre argent. Les organisateurs de fêtes qui disposent d’un budget limité peuvent également faire du bricolage avec leur propre équipement.

Bien qu’Eitzen ait fait de la location de cabines photo un emploi à plein temps, elle reste une activité secondaire pour d’autres personnes du secteur. Les gens se sont dit : “Oh mon Dieu, si je dépensais un peu plus d’argent, je pourrais les fabriquer”, et les fabricants ont compris, et maintenant vous pouvez vous rendre sur n’importe quel site web et acheter votre propre cabine pour quelques milliers de dollars – ou jusqu’à 10 000 dollars si vous voulez – et lancer votre propre entreprise de photomaton.”

Cette faible barrière à l’entrée fait certainement partie de son attrait. “Je dirais que 75 à 80 % des cabines photo aux États-Unis sont des entreprises familiales à temps partiel”, explique Ryan Salinas, un entrepreneur de cabines photo basé à Houston. “Vous pouvez créer une entreprise de photomaton pour seulement cinq dollars, si vous êtes intelligent. Entre Amazon et eBay, si vous savez ce que vous voulez, vous pouvez façonner quelque chose assez rapidement.”

Les activités secondaires de photomaton peuvent être attrayantes, mais elles ne sont pas nécessairement durables pour ceux qui cherchent à s’imposer sur le marché. “Vous finirez par refuser des événements le soir du Nouvel An, même si le Nouvel An est une grande fête pour les cabines photo”, dit Eitzen, parlant de son expérience pendant les premiers jours du SnapBar. “Pourquoi ? parce que vous avez travaillé sur des événements de cabines photo toute l’année et que vous voulez juste passer du temps avec vos amis”. Cela ne veut pas dire que son épuisement n’était pas financièrement gratifiant. Eitzen dit qu’à un moment donné, lui et son frère gagnaient 200 000 dollars par an en plus de leurs emplois à temps plein. Mais d’un point de vue logistique, cela n’est pas synonyme de croissance. Il n’y a qu’un nombre limité d’événements par week-end qu’une entreprise d’une, deux ou même trois personnes peut organiser. Une entreprise de photomaton à plein temps ne peut plus se contenter de travailler sur des mariages ou des fêtes de fin d’année, contrairement aux événements d’entreprise qui se déroulent toute l’année. (Eitzen a estimé que le SnapBar avait 96 personnes en activité le 3 décembre, le jour de notre entretien).

Il existe une petite industrie artisanale entourant et soutenue par les cabines photo – ou les expériences – ce qui signifie que les entreprises qui visent à se développer pivotent plutôt. Photobooth Supply Co. a commencé comme une entreprise de photographie de mariage, mais vend maintenant du matériel de photomaton à d’autres candidats, en concurrence avec Prop Culture et Photo Booth International, deux fournisseurs d’accessoires. Eitzen dit que sa société reçoit souvent des demandes pour construire des décors de fond, une activité qui, selon lui, pourrait décoller. Si le SnapBar ne crée pas d’installations artistiques, il construit des logiciels spécialisés pour ses clients. Si un client souhaite que ses invités saisissent le code QR de leur badge pour accéder à leurs photos, par exemple, le SnapBar, qui emploie des développeurs, peut créer cette fonctionnalité.

Urbn Events, de Salinas, est une autre entreprise conçue pour couvrir le créneau des logiciels du secteur. Il propose deux cabines photo sociales : la Ring Light Booth et la Glam Booth. Tous deux permettent aux fêtards d’enfiler des accessoires virtuels et d’inclure du texte dans les photos et les GIF ; le Glam Booth comprend un filtre de beauté personnalisé (qui n’est pas sans rappeler le photomaton préféré des célébrités, Mirmir).

Un autre indicateur du succès (et peut-être de la saturation) du photomaton, comme de toute industrie moderne, est peut-être qu’il a inspiré un microgenre de podcast. M. Salinas est la moitié du podcast Super Boothers, l’une des nombreuses émissions axées sur les initiés du secteur. Ces podcasts sont complétés par des forums en ligne et des groupes Facebook incroyablement actifs centrés sur la dissection du marché. M. Salinas voyage également à l’étranger pour parler des cabines et des expériences photographiques lors de conférences, et le secteur est désormais suffisamment solide pour justifier une conférence à part entière : la Photo Booth Expo à Vegas. Il a débuté en 2015 avec plus de 1 200 participants et exposants, et plus de 4 000 ont assisté au salon de 2018, selon Lindquist.

Sur Super Boothers, Salinas demande souvent à ses invités pourquoi ils se sont lancés dans le business des cabines photo. L’une des réponses les plus courantes : “Ils pensaient que c’était une mode et qu’ils pouvaient faire de l’argent rapidement”, dit-il. “Je veux dire, j’ai fait carrière dans l’argent rapide, apparemment.”

Molly McHugh 11 décembre 2018
https://www.theringer.com/tech/2018/12/11/18135399/photo-booth-companies-events-weddings-pictures